Archive de la catégorie ‘Infos’

Empowerment : appropriation ou réappropriation de son pouvoir, une piste?

Mardi 13 février 2007

Les auteurs ont élaboré plusieurs définitions concernant le concept d’empowerment (Rappaport, 1984). Selon les contextes, on peut conceptualiser la notion d’empowerment et s’y référer à la fois comme théorie, cadre de référence, plan d’action, but, idéologie, processus, résultat (Hawley & Mc Wrirter, 1991) ou conséquence (Gibson, 1991). L’importance démontrée d’une compréhension pluraliste de ce concept nous amène à aborder les questions de recherche à différents niveaux, (individuel, social et communautaire) et selon différentes perspectives (psychologique, organisationnelle, sociale, éthique, communautaire et politique (Gibson, 1991). Nous présentons ici ces différents niveaux et perspectives.

L’analyse du concept d’empowerment réalisée par Le Bossé et Lavallée (1993) a permis de dégager certaines constantes se retrouvant dans la majorité des définitions applicables à l’empowerment. Les notions de caractéristiques individuelles (le sentiment de compétence personnelle, de prise de conscience et de motivation à l’action sociale), ainsi que celles liées à l’action, aux relations avec l’environnement et à sa dimension dynamique font l’unanimité.

Au plan individuel, Eisen (1994) définit l’empowerment comme la façon par laquelle l’individu accroît ses habiletés favorisant l’estime de soi, la confiance en soi, l’initiative et le contrôle. Certains parlent de processus social de reconnaissance, de promotion et d’habilitation des personnes dans leur capacité à satisfaire leurs besoins, à régler leurs problèmes et à mobiliser les ressources nécessaires de façon à se sentir en contrôle de leur propre vie (Gibson, 1991 p. 359). Les notions de sentiment de compétence personnelle (Zimmerman, 1990), de prise de conscience (Kieffer, 1984) et de motivation à l’action sociale (Rappoport, 1987, Anderson, 1991) y sont de plus associées. L’empowerment individuel comprend une dimension transactionnelle qui se joue aussi au plan social et collectif car il implique une relation avec les autres. À cet effet, Katz (1984) le représente comme un paradigme synergique où les personnes sont interreliées, où il y a un partage des ressources et où la collaboration est encouragée. Il demande un effort individuel qui est alimenté par les efforts de collaboration et un changement de l’environnement (Wallerstein & Bernstein, 1988).

À ce niveau, la notion d’empowerment psychologique est primordiale. Elle est définie comme un sentiment de grand contrôle sur sa vie où l’expérience individuelle suit les membres actifs dans un groupe ou une organisation. Cette notion se construit sur des niveaux de développement personnel, de soutien mutuel de groupe, de participation et d’organisation. Elle peut apparaître sans la participation d’une action politique ou collective et l’unité d’analyse est l’individu (Rissel, 1994). L’empowerment psychologique est nécessaire mais insuffisant pour l’accomplissement de transformations et de changements de niveau social ou collectif. Rappoport (1987) estime que si la psychologie communautaire doit encourager la reconnaissance de la diversité culturelle, c’est essentiellement parce que cela est nécessaire au développement de l’empowerment. Il en est de même pour la prévention, le développement des communautés, la démocratie participative, la relation entre chercheurs et participants, les réseaux de soutien, les groupes d’entraide, etc.

Rappoport (1987) transforme la notion d’empowerment, jusqu’alors utilisée pour exprimer une intention abstraite, en un objectif explicite, celui qui doit être au coeur de toutes les réflexions. L’empowerment comporte quatre composantes essentielles: la participation, la compétence, l’estime de soi et la conscience critique (conscience individuelle, collective, sociale et politique). Lorsque ces quatre composantes sont en interaction, un processus d’empowerment est alors enclenché. Ce processus proactif est centré sur les forces, les droits et les habiletés des individus et de la communauté, plutôt que sur les déficits ou les besoins (Gibson, 1991, Anderson, 1996).

Hawley et Mc Whirter (1991) ajoutent à la dimension individuelle et à tout ce qui précède, les perspectives sociales et communautaires lorsque l’empowerment se situe au niveau collectif ou communautaire. L’empowerment contribue au développement de la santé communautaire par les attitudes, les valeurs, les capacités, les structures organisationnelles et le leadership. À cet effet, les attitudes et les valeurs sont associées au degré avec lequel les individus ont le « sens communautaire », les capacités réfèrent aux connaissances et habiletés de la communauté ou de ses membres; la structure organisationnelle réfère au développement des organisations locales; et le leadership pour les individus et les organisations est l’opportunité d’exercer leur initiative au plan communautaire (Lackey, Burke, Peterson,1987).

L’empowerment communautaire devient un processus au moment où il y a interaction entre la coopération, la synergie, la transparence et la circulation de l’information, le tout basé sur les forces du milieu. Il est le résultat de la participation dans des actions politiques et collectives et il requiert la participation active des personnes où la redistribution des ressources est favorable pour le groupe. L’unité d’analyse devient le groupe ou la communauté. L’empowerment communautaire se déroule en plusieurs étapes : la découverte des membres du milieu entre eux ainsi que le dialogue et l’établissement d’un sentiment d’appartenance au groupe. Après concertation, le groupe pose un diagnostic de la situation dans lequel il se trouve et formule par la suite des objectifs à atteindre (Lackey, Burke, Peterson,1987). Dans une approche de santé communautaire, l’empowerment touche le plus souvent des groupes de personnes sans pouvoir reconnu. Il est primordial de renforcer les forces souvent inutilisées de ces individus. Cibler les forces existantes devient bénéfique pour l’ensemble du groupe. Il est à noter que dans un tel processus, les conflits peuvent surgir. Les personnes impliquées doivent prioritairement trouver des stratégies pour diminuer ou régler ces conflits.

L’un des objectif de l’empowerment communautaire est de rendre la communauté capable d’analyser sa situation, de définir ses problèmes et de les résoudre afin qu’elle jouisse pleinement de son droit aux services de santé. Les stratégies d’intervention peuvent être l’animation à la base (méthodes de communication interpersonnelles, groupes de discussion), la formation en séminaire, en atelier, l’appui financier et logistique de ces comités ainsi que le suivi des activités. Au niveau des structures de santé, l’objectif retenu est le renforcement de la capacité des intervenants à remplir leurs rôles de techniciens de la santé et d’accompagnateurs de la population dans son action sociale. Les stratégies opérationnelles deviennent la formation ou le recyclage en cours d’emploi des professionnels de la santé, l’appui financier et logistique aux structures sanitaires, le suivi et l’évaluation des activités (Eisen, 1994).

Dans une perspective organisationnelle, l’empowerment réfère principalement au transfert du pouvoir de l’équipe d’intervention vers une clientèle (Cornwall & Perlman, 1990). Socialement, l’empowerment a une influence potentielle sur la formulation des politiques de santé publique et la formulation des programmes de santé (Wallerstein & Bernstein, 1988).

Dans la perspective politique, l’empowerment est le résultat qui permet de changer les structures actuelles et les relations de pouvoir entre les diverses instances, les intervenants et les individus (Sherwin,1992). L’expérience a démontré que les programmes qui associent la population à leur gestion ont souvent mieux réussi que d’autres. Il est souhaitable de développer chez certains membres de la communauté l’expertise nécessaire pour l’auto-gestion de programme au fur et à mesure qu’il évolue. En adoptant cette politique, on économise des ressources rares qui servent à soutenir des experts étrangers au milieu alors qu’une main d’oeuvre locale valorisée offrirait de meilleures garanties au plan des coûts et des bénéfices pour la communauté. La formation des intervenants vise le transfert des outils, des techniques et donc de l’expertise à la base.

Selon, Beaulieu, Shaminan, Donner et Pringle (1997) d’autres dimensions sont liées au succès de l’empowerment, comme le soutien, l’information, les ressources et la créativité (Chally, 1992). Lorsque mises en application, il est démontré que ces dimensions peuvent contribuer à favoriser l’augmentation de la confiance et du pouvoir chez les individus ou les collectivités en matière de santé (Chally, 1992).
Origine des textes : http://www.cewh-cesf.ca/PDF/cesaf/projet-empowerment.pdf

Les objectifs de développement du millénaire (ODM)

Mardi 13 février 2007

La réduction de la pauvreté est un objectif ancien que la communauté internationale s’est fixé dès le lendemain de la Deuxième Guerre mondiale. Sa formulation a varié au cours du temps mais elle constitue aujourd’hui une question centrale avec les objectifs de développement du millénaire (ODM), définis et adoptés par un sommet des chefs d’Etat et de gouvernement qui s’est tenu en septembre 2000 sous les auspices de l’ONU. Des huit objectifs retenus, le premier vise expressément la pauvreté absolue (réduire la proportion de la population dont le revenu est inférieur à 1 dollar par jour). Cet objectif cible également la faim tandis que six autres concernent les questions sociales (éducation et santé), la promotion du rôle des femmes et le développement durable, le dernier objectif traitant du nécessaire partenariat mondial pour le développement. Ce dernier a progressé notamment lors des conférences de Monterrey sur le financement du développement (mars 2002) et de Johannesbourg sur le développement durable (août 2002).

L’ensemble de la communauté française du développement – chercheurs, décideurs et opérateurs (publics et privés) – partage le souci de parvenir à la réalisation des ODM aux échéances fixées. Cependant, non seulement la définition des ODM ne donne pas la recette qui permettrait de les atteindre, mais encore la concentration sur la réduction de l’extrême pauvreté soulève des interrogations sur la signification de l’appui au développement des pays du Sud. Pour être bref, deux questions résument ces interrogations : quels sont les rapports entre la pauvreté et les inégalités, et comment la réduction de la pauvreté se combine-t-elle avec le développement et la croissance économique ?

(source : Haut Commissariat à la Coopération Internationale)

Un peu de pub pour des copains de copains cairotes…

Mercredi 7 février 2007

« Pour une fois, et pour la bonne cause, un petit mail promotionnel: notre livre LA FORCE DE L’ENGAGEMENT vient de sortir. Nous esperons qu’il vous plaira (en vente sur www.fnac.net) et que vous enverrez un mail a vos contacts pour leur recommander (TRES important le bouche a oreille!). Et comme si ce n’etait pas assez, je rajoute: faites vite, car les premiers jours sont cruciaux chez les libraires.« 

Plus d’info sur http://laforcedelengagement.blogspot.com

Salon de la voyance 2006: Les retombées…

Jeudi 28 décembre 2006

Oui la voyance se porte bien…

Après un taux record de la fréquentation du public lors de l’édition 2006, le Salon de la Voyance créé des émules…dans le monde politique et chez les intellectuels de tous bords !

La période est aux prévisions, aux prédictions, aux pronostics, aux scénarii (plus ou moins catastrophe) sur les 35 prochaines années à venir : D’un coté le cortège des déclinologues, Alain MINC en tête, de l’autre le défilé des optimistes avec Jacques ATTALI.

Smoking, no smoking (Celui d’Alain Resnais pas celui de la loi Evin).

Au niveau économique, les opposés n’arrivent même plus à s’affronter sincèrement sur les choix de modèles économiques qui se sont imposés à nos sociétés sur ces dernières décades : Libéralisme ou socialisme? Monarchie? Dictature?

Au niveau social, les riches continueront ils à s’enrichir et les pauvres à s’appauvrir?

Au niveau écologique, le Bengladesh sera t il partiellement recouvert d’eau dans 50 ans? Le Gulfstream aura t il cessé de circuler? La forêt amazonienne aura t elle disparue? La Chine aura t elle enfin une première place, celle de premier pollueur mondial?

Comment y voir clair? Comment faire dans notre quotidien? Voilà les questions qui se posent à un grand nombre de personnes qui ont d’autres préoccupations que leur carré de gazon vert…ou leur nombril !

Ce blog n’a d’autre raison d’être que de permettre un espace d’expression pour tous ceux qui ont envie que le changement pour un Monde meilleur soit la somme de petites postures concrètes, humaines, universelles, positives, altruistes, gratifiantes, reconnues et à la portée de chacun.

Qui suis – je?

Jeudi 28 décembre 2006

Si j’étais un animal, je serais un chien pour son énergie et pour sa fidélité,

Si j’étais un tableau, je serais « Le Cri » d’Edward Munch pour décrire la peur de l’avenir si rien ne change,

Si j’étais une couleur, je serais l’orange car rouge comme le sang de la vie et jaune comme la lumière du soleil,

Si j’étais un bulletin de vote pour les prochaines éléctions Présidentielles, je serais bien embété,

Si j’étais une ile, je serais la Crète pour la sédimentation des évènements de son histoire et de sa culture,

Si j’étais une route je serais la Nationale 7 pour tous les rèves qu’elle a encouragé,

Si j’étais une femme, je ne serais pas Margaret Thatcher,

Si j’étais un Homme, je serais un enfant,

Si j’étais un blog, je serais expérimental et probablement un peu candide et naïf